• Choisir, c'est renoncer

    Toujours agacée par mon rythme de travail actuel, couplé à un intérêt limité pour les projets sur lesquels j'interviens, je me trouve embarquée dans une discussion avec un collègue sur nos horaires, ledit collègue ayant la particularité de travailler comme un forcené (sa journée type : 8h-23h, pas de pause). Extrait :

    Collègue- Je suis crevé en ce moment, j'ai le temps de rien faire, j'ai une To Do longue comme mon bras.

    Moi- Moi pareil ! En fait, ce qui me gonfle, c'est d'avoir l'impression de pas trouver du sens dans les tâches les plus prenantes qu'on nous donne, un peu comme si on nous utilisait pour épater le client, du genre "tiens, t'as vu, il est bien docile, ton consultant, il te pond un support en impro quand tu veux, quitte à sortir du taf à minuit".

    Collègue, soudain sarcastique - Bienvenue dans le monde du conseil. C'est les règles.

    Moi- Non mais c'est pas le problème de bosser beaucoup. Je suis prête à le faire si j'ai le sentiment que ce que je fais a une portée concrète et ne répond pas uniquement à une volonté ostentatoire de mon manager. Je pense qu'on peut faire du bon travail, fournir des livrables de qualité qui servent au client, sans pour autant se tuer à petit feu.

    Collègue, d'un ton sec - T'es peut-être pas faite pour le conseil.


    Hélas (?), tu as certainement raison.

    Quelque chose me dit que toi, en revanche, t'es pas fait pour les relations sexuelles.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :